Chambres Hotes en France

Tout savoir sur charges fiscales d’une chambre d’hôtes

Les exploitants de chambres d’hôtes ont plusieurs choix en termes de régime fiscal. Le choix de ce statut juridique doit tenir compte de l’envergure de l’exploitation, du chiffre d’affaire annuel en l’occurrence. Ces impôts viennent s’ajouter à d’autres taxes, des charges à prendre en compte lors de l’étude de faisabilité d’une chambre d’hôtes. Détails.

Régime fiscal des chambres d’hôtes professionnels

Tout exploitant professionnel de chambres d’hôtes sera soumis à l’imposition sur ses bénéfices.  Sont considérés comme professionnels les contribuables inscrits au registre du commerce (RCS) dont les recettes annuelles excèdent les 23 000 euros. Pour que l’exploitant soit considéré comme professionnel, cette recette doit par ailleurs être supérieure aux autres revenus du contribuable. Pour l’impôt sur le revenu, le professionnel a le choix entre plusieurs régimes : les bénéfices industriels et commerciaux ou BIC, le régime des microentreprises pour les autoentrepreneurs, le régime d’imposition sur les bénéfices agricoles qui est réservé aux agriculteurs. À noter que les non professionnels seront soumis au régime des locations meublées non professionnelles ou régime du bénéfice réel.

Le micro-BIC, un régime avantageux ?

De tous les régimes fiscaux mis à disposition des  exploitants de chambres d’hôtes, le micro-BIC séduit bon nombre de contribuables qui apprécient les avantages offerts par cette formule. Il s’agit premièrement d’un impôt forfaitaire. Aucune autre charge ni déduction supplémentaire ne sera demandée au contribuable qui choisit cette option, tout étant inclut dans l’abattement. Les impôts à payer sont au prorata du revenu de l’exploitant de la chambre d’hôtes.  Vous avez envie de faciliter la comptabilité de votre exploitation ? Le micro-BIC constitue un choix judicieux. Si la recette annuelle de votre chambre d’hôtes n’excède pas les 81 500 euros par an, vous bénéficierez d’office de ce système d’imposition des microentreprises, ce qui correspond à un abattement forfaitaire de 71% sur la totalité des recettes effectuées. En d’autres termes, le montant imposable correspond à la somme de vos revenus annuels et  des 29% de vos charges/loyer.